La légende de St Ronan


Saint Ronan faisait la Troménie une fois par semaine pieds nus et à jeun. Alors malheur à celui qui ne suit pas l'exemple de l'anachorète, et ne fait pas la Troménie de son vivant, il sera obligé de la faire après sa mort en avançant tous les ans de la longueur de son cerceuil.

D'après la tradition populaire, Saint Ronan serait un évêque venu d'Irlande. Un jour, un ange lui apparaît et l'invite à quitter son île pour aller s'établir sur le continent et y fonder un ermitage. Ronan obéit et vogue vers l'Armorique. Il s'installe dans un premier temps au nord, dans le Léon, mais les habitants reconnaissent en lui un saint et montrent avec trop de zèle leur attachement à l'ermite. Ne pouvant plus vivre sa vocation de solitude et de prières, il se rend vers le sud et arrive dans une forêt sacrée où il crée son nouvel ermitage. Là, il se trouve en proie à la haine et à la hargne d'une femme, la Keben...

La légende de Ronan est riche en couleur, elle fait référence à la lutte entre la nouvelle religion chrétienne qui s'impose à la religion plus ancienne. Elle possède aussi en elle toute une symbolique provenant de traditions plus anciennes que celle purement chrétienne.

Les médaillons de la chaire à prêcher de l'église du Prieuré :

Dans l'église du Prieuré se trouve la chaire à prêcher. Réalisée en 1707 par Louis Bariou, menuisier à Quimper. Elle est remarquable par les 9 médaillons qui font le récit de la vie de Ronan sous la forme d'une bande dessinée. La légende de ce saint est importante à Locronan. Le choix de ce lieu pour la représenter n'est pas anodin, en effet, c'est le lieu de la parole.

medaillon01 St Ronan arrive d'Irlande accompagné par un ange, il est revêtu de ses habits d'évêque.
mdaillon2 Il construit sa cellule en se faisant aider par le paysan, en arrière plan se voit la Keben qui n'est pas heureuse de la chose et le fait savoir en levant le bras gauche (bras de malédiction).
medaillon3 Ronan libère la brebis enlevée par le loup.
medaillon4 Suite à ce miracle, les infirmes et malades du pays viennent à l'ermitage dans l'espoir d'une guérison.
medaillon5 La Keben accuse le saint d'être un sorcier, Ronan est arrêté et soumis au jugement de Dieu. Des chiens féroces sont lâchés sur lui, il les arrête en faisant le signe de croix.
medaillon6 Ronan est conduit sous bonne garde devant Gradlon. Il doit répondre de l'accusation de meurtre portée par la Keben.
medaillon7 Ronan explique le plan de la Keben à Gradlon. Il fait chercher le coffre, et découvre la petite morte. Pris de pitié, il la ressuscite. La Keben se voit dans le fond, elle est prise en faute, elle met sa main devant sa bouche. Le sculpteur a bien rendu la stupeur de Keben devant la mort de son enfant et sa résurrection par Ronan.
medaillon8 Ronan vient de décéder, des anges viennent lui remettre les symboles de sa condition d'évêque. Un monstre est attaché sous son lit, il représente le mal que le saint a vaincu par sa vie.
medaillon9 Le corps de Ronan est mis sur une charrette tirée par des boeufs sauvages. Il est accompagné par les trois évêques qui se disputent sa dépouille. Sur la route, ils tombent sur la Keben qui lave son linge. Folle de rage, celle-ci prend son battoire et casse une corne d'un boeuf. La corne tombe au sommet de la montagne, au lieu-dit "Plas ar Horn" et est engloutie en terre.
Pour dire a quel point la légende est bien vivante aujourd'hui, Plas ar Horn est la station la plus importante lors de la Troménie.